Reprise : Les crédits à la consommation sont en pleine forme

Reprise : Les crédits à la consommation sont en pleine forme

Après des signes moins positifs, la production des crédits à la consommation est à nouveau en très bonne santé, comme l’indique l’un des derniers rapports de l’ASF (Association Française des Sociétés Financières) : 6,6 % de plus au premier trimestre 2021, par rapport à la production de celui de l’année précédente.

Nous vous proposons de voir un peu plus en détail, ce qu’indique la progression de ce moyen de financement que vous avez et utiliserez peut-être.

Les domaines où la production de crédits a moins de succès

Nous pourrions parler d’attentisme concernant le secteur du prêt personnel : ne sont donc pas concernés ceux ayant pour but le financement des voitures neuves ou anciennes, et d’autres secteurs dont le besoin est connu. Leur situation est donc à l’attentisme, puisqu’ils sont en baisse de 0,6 %. Voire à la méfiance concernant les crédits renouvelables, puisque ils sont en chute de 4,1 %.

Cependant, il faut noter que le poids du secteur du prêt personnel reste très important (63% du volume total des prêts particuliers), et cette baisse est en réalité compensée par l’évolution positive des autres secteurs.

Les domaines où la production de crédits remporte un grand succès

Vous pourriez dire que nous avons fait une grossière erreur en indiquant que les crédits à la consommation sont en pleine forme, en lisant cette première analyse. Mais c’est réellement le cas en s’approchant d’une autre catégorie : les prêts affectés, comme, par exemple, les crédits auto

Là où les voitures neuves montrent un rebond avec une hausse de 5,5 %, concernant les voitures anciennes, c’est un succès : en progrés de 14,2 % !

Cela ressemble beaucoup à un effet de déconfinement du besoin et des envies de déplacements.

Autre domaine où l’on peut en déduire des choses : l’amélioration de l’habitat et les biens d’équipement du foyer. Cela pourrait être une réponse à l’envie d’améliorer son quotidien de plus en plus intérieur (télétravail, confinement, etc…), mais aussi d’aménager une résidence secondaire qui semble de plus en plus nécessaire de part la situation sanitaire aléatoire.

Et que dire de la catégorie des biens et services divers ? C’est la catégorie qui inclut les choses qui n’entrent pas dans les autres catégories : Deux-roues, véhicules de loisirs, bateaux de plaisance, etc…

Ce sont eux, aussi, qui permettent cette croissance, avec une très belle évolution positive de 19,8 % !

C’est ainsi que l’on peut globalement constater cette évolution positive de 6,6 % des financements par crédit classique et par location

La location, justement, concerne très majoritairement les fameuses LOA (Location avec Option d’Achat), et tout particulièrement celle, de par leur volume et poids financier, des voitures neuves : Elles sont en hausse, très importante, de 15,9 %. Même s’ils ne sont pas encore très présents, les LOA des véhicules d’occasions font même, elles, un bond : une augmentation exceptionnelle de 50,4 % ! Il sera intéressant de suivre leur évolution : est-ce pour prendre de plus en plus de place sur le marché de ce type de location, ou plus simplement une bascule vers ce mode de financement et consommation ?

Les domaines où la production de crédits remporte un grand succès

Ce que l’on peut en conclure

Les évolutions diffèrent vraiment selon le secteur. Avec à chaque fois des raisons qui peuvent tenir de la situation sanitaire, ce qui est nouveau et en même temps commence à faire partie du paysage, mais, bien sûr, des besoins et désirs de chaque consommateur qui se tourne de plus en plus vers une consommation locale ; que ce soit pour les produits du quotidien mais aussi les loisirs.
Les taux d’intérêt sont à des niveaux bas assez rarement atteints, ce qui devraient pousser de plus en plus de personnes à en être curieux pour le financement de leurs projets.