Une croissance mondiale en baisse pour le FMI qui craint l’instabilité financière

Une croissance mondiale en baisse pour le FMI qui craint l’instabilité financière

Face à l’importance de l’inflation dans la zone euro, le FMI a récemment revu à la baisse le taux de croissance mondiale prévu pour 2022, et s’interroge concernant l’instabilité financière qui pourrait découler de cette situation économique complexe.

Une croissance mondiale en baisse, face à l’importance de l’inflation en Europe

Le 19 avril, le Fonds monétaire international (FMI) a informé d’une baisse de ses prévisions de croissance mondiale, estimée aujourd’hui au taux de 3,6% Un taux en chute par rapport aux précédentes estimations du FMI, qui s’explique par différentes raisons :

  • L’impact de la guerre en Ukraine sur l’économie mondiale ;
  • Les confinements mis en place en Chine face à la pandémie du Covid-19 ;
  • Les conséquences des sanctions économiques établies contre la Russie.

Cette croissance mondiale pourrait en effet être lourdement impactée par l’inflation qui ne cesse d’augmenter, et qui pourrait également s’installer sur une période plus longue que celle auparavant mentionnée par les économistes. Cette inflation est notamment accentuée par la situation complexe qui tient lieu en Ukraine, qui pourrait perturber l’économie et les chaînes de production, déjà fragilisées ces dernières années du fait de la pandémie du Covid et de l’augmentation du coût du fret maritime.

L’Europe particulièrement touchée par l’inflation

Du fait de sa proximité avec l’Ukraine, l’Europe et ses États seraient les plus lourdement touchés par les conséquences de la guerre en Ukraine, face à l’attaque russe. Ainsi, le FMI prévoit une augmentation des prix de biens variés, pour une hausse totale de 12,6% des prix à la consommation estimée pour l’année 2022 en Europe.

L’inflation pourrait également se faire ressentir sur le coût du crédit en ligne, et sur l’ensemble des prêts que les particuliers et les professionnels pourraient souhaiter souscrire au cours de l’année 2022. Pour faire face aux difficultés actuelles, les banques pourraient revoir à la hausse leurs taux d’intérêt, ce qui peut pénaliser les ménages européens et français.

Bien que les conséquences de la guerre en Ukraine touchent pour le moment principalement l’Europe, une fragilisation de l’économie européenne pourrait avoir des répercussions sur l’économie mondiale, et impliquer de nombreux autres pays.

Une instabilité financière qui inquiète le FMI

Le FMI craint que la hausse de l’inflation ne génère une importante instabilité financière sur les marchés internationaux, qui pourrait être la cause d’une importante crise financière, touchant aussi bien les ménages que les entreprises de secteurs divers et variés.

En effet, même si l’ensemble des pays ne sont pas touchés de manière égale par les conséquences de la pandémie du Covid-19, et par celles de la guerre qui fait actuellement rage en Ukraine, nombreux sont ceux qui font le choix de durcir leur politique monétaire, comme cela est le cas des Etats-Unis, qui songe à diminuer ses activités avec ses principaux partenaires économiques.

Selon le FMI, “Le resserrement des conditions financières va mettre en lumière les vulnérabilités des emprunteurs souverains et privés”, les banques centrales étant lourdement impactées par la guerre en Ukraine. De ce fait, elles pourraient pour certaines faire le choix d’augmenter leurs taux, ce qui aurait pour effet une fuite des capitaux des pays émergents. D’un autre côté, elles pourraient également prendre des décisions qui auront un impact direct sur la rapidité de la reprise d’activité qui pourrait survenir dans les années à venir. Des conséquences qui pourraient vous donner envie de découvrir comment faire face à l’inflation, et à la chute du pouvoir d’achat.

Bien qu’il ne s’agisse pour le moment que d’estimations, la situation économique actuelle inquiète de nombreux économistes, un point sur lequel nous ferons en sorte de vous garder informé.
Andreas Linde
Écrit par
L’expert en prêts, Andreas Linde, travaille dans le secteur financier depuis 2014. Sur Matchbanker, il écrit sur le sujet des prêts, du refinancement, du TAEG, des taux d’intérêt et de tout ce qui concerne la finance.
Matchbanker > Une croissance mondiale en baisse pour le FMI qui craint l’instabilité financière